Rechercher
  • Magali Crespin-Alliane

Les 5 étapes vers un accouchement heureux

Mis à jour : 16 oct. 2019


Imaginez-vous sur le point de rencontrer votre bébé. Vous êtes sereine, détendue. Votre corps fait ce qu'il doit faire et vous vous sentez confiante, concentrée, pleinement présente à cette naissance. Un léger sourire flotte sur vos lèvres, avant peut-être de se muer en un rire franc, plein de l'énergie de la mise au monde.


Un rêve ? Non, une possible réalité. Celle d'un accouchement que vous avez anticipé en prenant soin de vous, en apprenant à connaître vos ressources et à repousser ce qui pouvait constituer vos limites.

Lors de mes accompagnements de grossesse en hypnose périnatale, certains thèmes sont systématiquement abordés. Parce qu'ils représentent des points cruciaux pour aller vers un accouchement serein.

Voici donc une revue rapide de ces aspects essentiels.

1- Penser l'accouchement que vous souhaitez Cela peut paraître basique… mais c'est une étape indispensable ! Y réfléchir ne veut pas dire avoir toutes les réponses tout de suite. Cela signifie vous demander ce que vous voulez vraiment. Pas ce que souhaite votre mère, votre gynécologue ou votre voisine, mais VOUS : un accouchement physiologique ou avec péridurale ? A la maternité, à la maison ou dans une maison de naissance ? Avec une sage-femme libérale qui aura suivi toute votre grossesse ? …

Prenez le temps de vous demander ce qui est important pour vous. Certaines auront besoin d'un sentiment très fort de sécurité sur le plan médical, d'autres voudront vivre ce moment de la manière la plus naturelle et avec le moins d'intervenants possible. Les besoins tels que le calme, le sentiment de sécurité et l'absorption sont à prendre en compte lors d'un accouchement. Demandez-vous comment vous pouvez les faire entendre et respecter.

Cela peut être l'occasion de commencer l'élaboration d'un projet de naissance : ce document que vous pouvez fournir à la maternité pour l'informer de vos désirs pour cette naissance. Au final, veillez à ce qu'il soit court (3 ou 4 points maximum) et cohérent avec les contraintes du lieu de votre accouchement (protocoles médicaux, changements d'équipe…) si vous voulez qu'il soit lu et pris en compte. N'hésitez pas à vous renseigner, à lire des livres et des témoignages, à poser des questions à vos interlocuteurs médicaux : plus vous en saurez, plus vos options vous apparaîtront clairement. 2- Vous libérer de vos peurs Ressentir des peurs concernant son accouchement est très courant (voir aussi cet article). Il peut s'agir, par exemple, de la peur de la douleur, des gestes médicaux, de ne pas aimer son enfant, qu'il arrive quelque chose au bébé ou à vous-même, de la peur de mourir…


Ces peurs peuvent venir d'expériences passées personnelles, familiales ou amicales, de choses lues, entendues ou vues, ou bien de représentations inconscientes dont on ne connaît pas forcément l'origine. Au minimum, il est important de parler de vos peurs à une personne qui saura les accueillir (ami.e ou professionnel.le), afin qu'elles ne soient pas des freins au bon déroulement de votre accouchement. En effet, la peur peut créer des tensions dans le corps donc de l'inconfort, voire des blocages. Il est tout à fait possible de se libérer de ses peurs, notamment grâce à l'hypnose.

3- Déployer votre confiance dans vos capacités à accoucher Depuis toujours, les corps des femmes fabriquent des bébés et les mettent au monde. Si nos corps nous trahissaient tant que cela, l'humanité ne serait probablement plus là pour en parler ! Alors, développez cette confiance dans votre corps, il est magique, d'autant plus dans cette période exceptionnelle. Choyez-le, parlez-lui, écoutez-le. Vous êtes la mieux placée pour l'aimer et lui rendre tout son pouvoir. Le jour J, c'est lui qui vous le rendra ! La connaissance des processus naturels de l'accouchement vous montrera comme la nature les a si bien élaborés. Là encore, il est intéressant de lire, poser des questions, connaître les fonctions des hormones (ocytocine, endorphines…) lors de l'accouchement, les besoins du corps, etc.


Se reconnecter à son corps grâce à diverses techniques (hypnose, méditation, yoga…) est aussi un formidable moyen de développer cette confiance. Enfin, les techniques de visualisation, utilisées notamment en hypnose, sont des accès fabuleux au développement de cette confiance.

4- Accueillir l'imprévisible Elaborer son projet de naissance est essentiel, mais avoir conscience qu'il est possible que les événements ne se déroulent pas comme prévu l'est tout autant ! Un anesthésiste, une sage-femme ou une baignoire indisponibles, cela peut arriver.

Une fois que vous aurez déroulé le fil de vos envies, il sera intéressant d'imaginer ce qu'il se passerait avec un scénario tout à fait différent. Et si au lieu d'un accouchement physiologique à la maison, ce devait être une césarienne ? Non, je ne suis pas sadique ! Mais il est important d'envisager différentes possibilités, afin de ne pas vous trouver déstabilisée par un imprévu. Votre force sera votre stabilité émotionnelle face à l'imprévu. Et pour ne pas être perturbée, le mieux est de mettre du connu dans l'inconnu, d'envisager les options en cas de changement de programme. Là encore, l'information, l'accueil serein de ce qui peut arriver, la détente et l'ouverture seront vos meilleurs alliés.

5- Anticiper l'après accouchement Je l'ai évoqué plus haut, une femme qui accouche présente divers besoins, parmi lesquels pouvoir être absorbée par ce qui est en train de se passer pour elle sans être dérangée, être au calme et se sentir en sécurité. Pour ressentir cette sécurité intérieure, l'esprit ne doit pas être perturbé par des questions pratiques, des doutes. Prévoir comment vont se dérouler les premiers jours et les premières semaines avec bébé permet d'évacuer des causes de soucis supplémentaires. Que déciderez-vous concernant les visites à la maternité ? Aucune (ce que recommandent de plus en plus de maternités, afin de préserver le repos de la maman et la création du lien affectif entre le bébé et ses parents), les grand-parents seulement ? Avec ou sans les grands frères ou grandes sœurs ? Comment et combien de temps le deuxième parent peut-il se rendre disponible ? Qui pourra nous préparer des petits plats pour le retour à la maison, faire des courses, voire du ménage, s'occuper du/des autres enfants s'il y a lieu ? Anticiper ces questions, c'est libérer son esprit pour le jour J.

Maintenant, fermez les yeux quelques instants.

Imaginez-vous sur le point de rencontrer votre bébé. Vous êtes sereine, détendue. Votre corps fait ce qu'il a à faire et vous êtes confiante. Vous êtes concentrée, pleinement présente à la naissance de votre enfant. Un léger sourire flotte sur vos lèvres, avant peut-être de se transformer en un rire franc, plein de l'énergie de la mise au monde.

Vous êtes prête.

Prenez soin de vous.

0 vue

Nous suivre

  • Facebook - White Circle

Portraits : ©Thomas Mézières